Fatma et la fabrication de l’huile d’olives grillées

Il fait encore chaud dans les montagnes du Rif,  juste avant que la pluie ne vienne… 

Tout le monde attend et participe à ce grand moment qu’est la récolte des olives. 

Le soir, en rentrant de la cueillette les femmes s’affairent et trient les fruits ramenés.

Trois grosses catégories en somme. Les belles et bien mûres, pour l’huile première pression à froid. Les belles, mais pas tout à fait mûres, rouges et vertes iront rejoindre les bidons de saumure. Elles seront consommées par la famille au cours de l’année. Et il y a la troisième catégorie. Celles qui ne sont pas belles. 

Lire la suite

Décor des poteries M’tioua par Naïma

Naïma, potière de la tribu des M’Tioua décore ses poteries aux pigments avec finesse et précision. Pour se faire elle réalise ses décors au pinceau seule concession à la modernité dans son travail toujours traditionnel.

En extérieur malgré la chaleur écrasante qui régnait en ce début du mois de novembre, elle décore ces pièces assise par terre. Aucun confort et très peu de matériel… des colorants naturels au préalable broyés. Elle recouvre la partie visible de ses pièces d’un engobe, du blanc obtenu avec de la chaux additionnée d’eau et d’un engobe ocre rouge confectionné d’une pierre broyée riche en oxyde de fer. Lire la suite

Hommage à vous mesdames les potières…

Hommage en forme de rubrique nécrologique, malheureusement, pour l’année 2016-2017.

Hommage à Rhadia, potière M’Tioua, à son travail parfait. Morte hier. Alors que j’allais monter chez elle, partie pendant ma sieste. Aujourd’hui, comme chacun ici et alentour, nous nous sommes retrouvés chez Elle. La tristesse de la belle Rahma, sa fille, adoucie par le sucre que chaque visiteur apporte, cet espèce de fatalisme aussi. Le thé est près, on m’offre un café sans sucre et des sfendj… touchée par ma visite la famille évoque Rhadia, ma première visite chez eux, m’invitent à dormir. Je repasserais le lendemain pour les saluer avant mon départ. 

Evoquant sa mort, celles d’Aïcha sa mère comme des autres potières, Allalh figure attachante de la station Afriquia du secteur, a justement posé le problème de la transmission et de la survivance de cet art en me demandant s’il resterait des potières dans la région… Rhadia n’a formé personne en tout cas.   

 

Hommage à Aïcha, potière M’Tioua, et à son mari,       

partis cette année à un mois d’intervalle. Pour ne pas être séparés. Ensembles, comme pour les poteries. Depuis qu’Aïcha s’était cassé l’épaule, début 2000, son mari décorait les pièces, traits à la règle, motifs parfaits. Nous taisions toutes cette sympathique collaboration masculine d’autant qu’Aïcha a formé d’autres potières. L’année dernière, il m’avait cueilli une rose de son jardin. Tellement rare ici… en souvenir de ma détermination à trouver ces poteries.

 

 

Hommage à Rhama, potière M’Tioua, pièces et motifs dans la pure tradition de sa tribu, des points, des points et encore des points. Partie encore jeune, en 2016 de «maladie». Peu à peu elle avait soigné son travail et le stockait correctement. Trop prise par ses activités quotidiennes, elle n’a formé aucune potière.

 

Hommage à Fatma Anari, potière Senhaja, à son travail précieux. Sa fille travaillait avec elle depuis longtemps déjà. Espérons qu’elle poursuive en y ajoutant un peu de sa créativité. Et à son mari, morts tous les deux cette année. Habituellement en retrait lors de mes visites, cette fois, alors que je descendais chez eux pour y chercher ma commande, piste abrupte, maison nichée dans un creux…il resta, tendant la main au moment du paiement. Je le vexais en lui expliquant que sa femme travaillait pour moi et que ce serait elle qui serait payée. Le travail de Fatma profitant à toute la famille, les autres fois tout se passa bien.

 

Absence de reconnaissance du travail des femmes? Réflexe d’un homme âgé? Malheureusement non. Nous venons de revivre la scène en achetant la production d’une jeune potière formée elle par Fatma Z. sa belle mère. Famille dans laquelle transmission n’est pas un vain mot puisque filles et belles filles travaillent la terre en progressant chaque année.

Merci à toutes pour votre travail. RIP.

 

Dlimlet le 27 novembre 2017

Voyage Mejmar du Rif 04/2016 poteries Rif Beni Saïd

Spécificités du travail des potières Beni Saïd

Lorsqu’on se lance à la recherche de poteries dans les divers douars (hameaux) du Rif on note des points communs, fabrication exclusivement féminine, travail avec des outils rudimentaires dans une grange ou devant la maison et des différences…
Voici les spécificités de la poterie de la tribu des Beni Saïd.
Après avoir collecté deux types de terre autour de leur douar et les avoir préparées en les mélangeant, les femmes fabriquent leurs pièces sur un support en terre posé lui même sur un monticule de terre. Le modelage est ainsi plus aisé puisque la potière tourne son support au fur et à mesure du montage de la pièce.
Comme partout, la pièce finie est mise à sécher une première fois mais au lieu d’être décorée aux oxydes (fer et manganèse) la pièce est alors décorée par estampage. Une capsule de soda, un peigne fin ou un bout de stylo feront l’affaire.
Séchage puis polissage avec une terre sigillée (solution décantée de terre riche en oxyde de fer et d’eau). L’aspect brillant de la pièce terminée n’est donc pas dû à un vernis mais au polissage.
Un nouveau temps de séchage, généralement le temps nécessaire à la potière pour finir de polir la totalité des pièces façonnées. Elle donnera à la poterie son brillant et la solidité nécessaire avant son passage au four. Faute d’un séchage suffisant la poterie éclatera à la cuisson.
Si la quasi totalité des tribus font une cuisson en four fosse, un trou creusé au fond du jardin avec de la bouse de vaches séchée comme combustible, les Béni Saïd construisent des fours en terre dans lesquels elles enfournent leurs poteries pour une cuisson au bois.
Comme partout ailleurs la cuisson se déroule de nuit et au matin… il ne reste plus qu’à sortir les pièces après une ultime vérification.
Les poteries fendues sont retirées du lot et ne seront pas proposées à la vente.
Les potières Beni Saïd sont fières de leurs pièces solides et belles. Leur renommée a depuis longtemps dépassé le cadre de leur région alors si vous en voyez sur nos marchés, n’hésitez pas à en acheter elles sont faites pour que vous les utilisiez…

Savoir lire, c’est pouvoir voyager…

… ou la petite histoire d’Assia attendue sur le festival de Cozes. 

Détroit de Gibraltar et douar de Assia

En relation avec l’association Plein Sud de Cozes nous avions invité Assia, potière Beni Saïd pour des manifestations autour de son travail… Plein Sud l’avait programmée dans le cadre de son festival du 9 au 14 mai 2017, avait acheté son billet d’avion et prévu une petite maison pour un hébergement confortable durant la manifestation. L’association nous avait transmis invitations officielles et certificat d’hébergement … de notre côté nous avions mis en place l’assurance, envoyé lettre d’invitation et d’hébergement, envoyé l’argent pour la demande de visa, contacté et obtenu les divers rendez vous au consulat de Tanger… tout allait bien dans le meilleur des mondes possible.

Lire la suite

Radiola Arte radio Interview Mejmar du Rif

Interview Mejmar du Rif. Lionel Pohu sur Arte radio, Radiola Fête de l’Huma 22 mai 2016

 

Merci à Lionel Pohu de ARTE radio, Radiola pour « l’interview cigarette » lors de la fête de l’Huma 2016.

 

 » RADIOLA, la radio qui est toujours là ! C’est la radio qui donne le LA. Celui de la vie telle quelle… CASH, NATURE, sans montages… BONNE ECOUTE….. et tous à vos stylos pour de petits commentaires !  😉 « 

http://audioblog.arteradio.com/post/3071364/fete_de_l_huma_2016___mejmar_du_rif/

10 millions d’analphabètes au Maroc ! PanoraPost.com

Article publié le 8 septembre 2015

Lien http://www.panorapost.com/article.php?id=11280

 

« Nous ne devons pas perdre de vue que 10 millions de Marocains et de Marocaines souffrent encore de ce fléau » ! Voici la phrase choc du communiqué publié hier par l’ANLCA, l’agence nationale de lutte contre l’analphabétisme. Et dix millions d’analphabètes, en d’autres termes, c’est un Marocain sur trois… Lire la suite

Tessonnade 2014 du 13 au 22 juin à Sanguinet

Il y a un an déjà… la Tessonnade avec Aïcha et Mohammed. Cette année la Tessonnade se prépare avec le CRESS à Sanguinet.

La fabrication de grandes jarres à goudron a repris. Lire la suite

Tessonnade 19 au 26 mai 2013 Château de Salles

« Depuis 7 ans, cette manifestation est l’occasion pendant une semaine de faire se rencontrer toutes les personnes intéressées par l’archéologie de la céramique: prospecteurs, archéologues, potiers, céramistes, géologues… qu’ils soient professionnels ou amateurs, autour d’un intérêt commun: la connaissance de l’histoire du terroir des Landes de Gascogne. »

Cette fois ci  les organisateurs ont invité une potière du Rif afin de mettre en perspective les techniques de la céramique traditionnelle marocaine avec les techniques de céramique historique et préhistorique des Landes de Gascogne. Lire la suite

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies et notre politique de confidentialité Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer