Centre ville

Carte non disponible

Adresse
Centre ville
Pujols

47300
France


PATRIMOINE HISTORIQUE

Très tôt dans l’histoire de l’humanité, des hommes s’établirent à Pujols, sur un plateau calcaire de 5 hectares, à 187 m d’altitude.
Cette situation exceptionnelle – vues imprenables sur les vallées du Lot au nord, et du Mail au sud – assurait une protection et une sécurité notoire.
D’ailleurs, le nom de Pujols vient du gallo-romain « Podiolus » (issu du latin podium : lieu élevé).

Conscients de cette forte position du lieu, les Gaulois puis les Romains occupèrent ce plateau. De là, ils contrôlaient une vaste portion de la vallée du Lot. Les Romains assurèrent la protection de la voie romaine, la «  Ténarèze », qui venait des Pyrénées via Auch, Agen, coupait le plateau à l’ouest et traversait le Lot.
L’importance de cette implantation romaine est confirmée par la découverte de quatre cimetières gallo-romains dans la vallée proche du bourg.

Aux Ve et VIe siècles, les invasions des Vandales, des Wisigoths, les incursions des Sarrasins et des Normands créèrent un état permanent d’insécurité. Les populations durent renforcer leurs positions ; ces premières fortifications furent structurées et une puissante forteresse s’éleva à l’extrémité du plateau nommée encore de nos jours, « Le Palay ».

À la fin du XIe siècle, Pujols était une des plus importantes places fortes de l’Agenais. Elle appartenait en fief à Raymond VI, comte de Toulouse, à titre de récompense pour services rendus à la cause catholique. Il fut pourtant le plus grand seigneur à défendre le catharisme. Alors que cette hérésie s’étendait sur la plus grande partie de l’Aquitaine et du Languedoc, le pape Innocent III déclencha la célèbre croisade dite « des Albigeois » en 1208. Ce fut un affrontement sanglant entre la noblesse du Midi, fidèle à Raymond VI et celle du Nord, conduite par Simon de Monfort, qui n’osa assiéger Pujols tant la forteresse était puissante ! La paix fut signée à Meaux en 1228. Mais, pour que le comte puisse réintégrer une partie de ses états, il dut céder trois places fortes de l’Agenais, dont Pujols. La citadelle fut entièrement rasée.

Ses habitants trouvèrent refuge dans la vallée du Lot, où en 1251, Alphonse de Poitiers leur permit de construire une bastide qui fut la «  Villa Nova de Poujols »… Aujourd’hui…Villeneuve-sur-Lot !

À la fin du XIIIe siècle, une nouvelle forteresse s’éleva à Pujols, dont le château fut édifié à l’est, à l’opposé de l’ancien qui, lui, était érigé à l’ouest.

Composée d’un groupe de 70 maisons, d’un château dont les tours étaient de 9 m de diamètre, les fossés profonds de 7 m, la citadelle imposait un obstacle de 15 m pour tout ennemi tenté par l’aventure. Après la Guerre de Cent ans, la baronnie devint une « Seigneurie de Dignité », et à ce titre, conférait à son seigneur, des droits et des privilèges exceptionnels !
Par exemple, les jugements étaient rendus sous l’autorité du baron. La baronnie disposait d’une prison, d’un pilori toujours présent rue principale, près de la maison du bailli (toujours présents, rue principale), et d’un gibet.

Au XVIe siècle, les guerres de religion, puis au XVIIe, celles de la Fronde, causèrent dans le pays, beaucoup de dévastations, de ruines et de misères.

Fidèle aux rois de France, Pujols fut parfois en lutte contre Villeneuve-sur-Lot, restée aux mains des rebelles. Au début de la révolution, Pujols fut promu chef-lieu de canton, comprenant cinq communes, mais perdit ce titre au profit de Villeneuve-sur-Lot.

Après la révolution, en 1824, le château abandonné par ses propriétaires, nécessitait des réparations considérées coûteuses. Le maire et le conseil municipal acceptèrent l’offre d’un entrepreneur : vendre les pierres pour réaliser une opération financière de 1800 francs or afin de pouvoir agrandir l’ancienne abbaye d’Eysses, devenue prison en 1803.

Ainsi, les remparts déjà démolis dès 1829, le château vendu vers 1830-1850, notre puissante forteresse n’était plus qu’illusion !

Récemment restauré, classé parmi « les plus beaux villages de France », Pujols tente de retrouver son lustre et son prestige d’antan…
 

Image a été réalisée pour le Projet Blasons du Wikipédia francophone. — Travail personneliLe code de ce fichier SVG est valide.Cette image vectorielle a été créée avec Inkscape par User:Spedona., CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5649804

Évènement à venir

  • Aucun évènement à cet emplacement
  • Laisser un Commentaire