La Teste de Buch

Chargement de la carte…

Adresse
Plaine Gilbert Moga
La Teste de Buch

33260
France


Les Ports ostréicoles     Le bassin d'Arcachon avec la commune de la Teste de Buch

  • Le port de La Teste-de-Buch,
  • Le port de Rocher (du nom du docteur Christian Rocher, ancien propriétaire de l’endroit),
  • Le port de l’Aiguillon.

Patrimoine naturel

Lieux et monuments   

 
 
  • L’église Saint-Vincent : lieu de culte depuis le xive siècle, ancienne chapelle du château des captaux de Buch, plusieurs fois agrandie et transformée pour devenir église paroissiale.
  • L’église Saint-Pierre (à Cazaux) : d’abord située près des rives du lac, menacée d’ensablement par un déplacement dunaire elle est démontée puis reconstruite à son emplacement actuel en 1849.
  • Maison de Verthamon : rue du XIV-Juillet, c’est la mairie de La Teste-de-Buch. Propriété léguée à la commune par Marie de Caupos, née le  à La Teste, dernière héritière d’une famille testerine ayant fait fortune dans le négoce et l’exportation des produits résineux, lui ayant permis d’acheter la baronnie de Lacanau, la seigneurie d’Andernos et la vicomté de Biscarrosse. Le monument aux morts de la commune se trouve à proximité immédiate, du côté de la rue Edmond-Doré.
  • Place Jean-Jaurès : ancienne place du Coum, elle accueillait autrefois les arènes en bois de La Teste de 5 000 places où se déroulaient des courses landaises.
  • Place Jean-Hameau : carrefour des voies conduisant à BordeauxArcachonCazaux et Le Pyla, elle a perdu progressivement de son importance au cours des années. C’est sans doute le noyau du bourg édifié à partir du xvie siècle. La concentration des vestiges anciens dans son voisinage semble le confirmer.
  • Maison Lalanne : place Jean Hameau, bibliothèque municipale. Son patronyme provient de la dernière propriétaire, veuve du docteur Lalanne (1909) qui en fit don à la commune en 1928. Cette transaction n’a pu aboutir qu’en 1942. Mairie de La Teste de 1857 à 1862.
  • Le port de La Teste-de-Buch, réclamé dans les cahiers de doléances établis par les Testerins en 1789, fut enfin creusé et aménagé en 1841, au moment de l’arrivée de la ligne de chemin de fer, puis agrandi. C’est un port d’échouage. À son entrée, le chenal le reliant au Bassin se divise en deux bras adossés l’un et l’autre à une digue, celle de l’est et celle de l’ouest ; la partie du port entre ces deux bras fut appelée « le truc de carène » car c’était là que se faisaient bien des travaux d’entretien de la flottille testerine. Servant essentiellement à la pêche puis à l’ostréiculture, le port fut aussi utilisé pour la mise à l’eau d’embarcations fabriquées par les chantiers navals testerins. Il reçut notamment en haut de la digue Est, la cale de lancement du chantier naval Boyer avant que fut aménagée celle des Chantiers Raba en haut de la digue Ouest. Derrière la digue Est, fermé à son entrée par une porte écluse, fut aménagé un canal « Le Canelot » desservant les installations de plusieurs « expéditeurs » . Une fois la porte fermée après le point le plus haut de la marée, ce canal permettait de maintenir un certain niveau d’eau pour alimenter les bassins (viviers) où étaient stockées les huîtres avant leur expédition à la vente. Depuis les dix dernières années du xxe siècle, le Département de la Gironde [archive] a permis l’aménagement de postes d’amarrage pour bateaux de plaisance, le long de la digue est et a créé des postes d’amarrage en 2015, dans la zone sud du port, réservés aux navires patrimoniaux (pinasseplatte ostréicole bois, pinassottes, etc.).
  • Le moulin de Borde : dernier vestige d’un ensemble de moulins à vent et à eau que la commune comptait sur son territoire.
  • Le Cippe Brémontier (sur une éminence à droite de la route menant à Pyla-sur-Mer avant l’embranchement conduisant à l’entrée du Golf international d’Arcachon : ce cippe est une demi-colonne sans chapiteau, en marbre rouge ; il se trouve là depuis septembre 1818 pour commémorer les premiers semis de pins attribués à Nicolas Brémontier (1738-1809). Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées à Bordeaux en 1784, Brémontier a largement contribué aux semis de pins pour fixer les dunes de sable.
  • L’usine Lesca : usine de distillation de la gemme, construite au xixe siècle et détruite en 1982, aménagée depuis en caserne des pompiers.

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Blason_ville_fr_La_Teste-de-Buch_(Gironde).svg#/media/File:Blason_ville_fr_La_Teste-de-Buch_(Gironde).svg

Évènement à venir

  • Aucun évènement à cet emplacement
  • Laisser un Commentaire