Tribu : M’TIOUA

Potières : Fatma , Rhadia , Aïcha , Naïma, Fatma, Rhama et Houda maintenant…

Cuisson : Une

Four :  Excavation dans le sol

Combustible : Galettes de bouse séchée, bois, résidus de pression des olives…

Engobe : Oui, sur toutes les pièces.

Blanc ou blanc et rouge

Décoration : Toutes les pièces sont décorées même de manière grossière.

Le décor, est comme partout ailleurs appliqué avant cuisson ce qui le rend permanent. Parfois les femmes exécutent quelques retouches après cuisson, elles pourront s’altérer à l’eau.

Incisions sur les cols, anses et poussoirs.

 

Colorants des engobes : Minéraux

Oxyde de manganèse : brun sombre / noir     

Oxyde de fer : ocre / rouge

Terre ocre locale

Biyada : Terre blanche.

 

Pièces traditionnelles :

Taille : S/M/L/XL et XXXL

Style de pièces :

  • Assiettes, plats, plats à pétrir, braseros longs et ronds, jarres à col large ou étroit, cruches à eau, vases à lait, cendriers
  • Vaisselle : Gobelets, raviers, bols, coupes et coupelles, assiettes, plats, plats à pétrir, coupes à fruits, saladiers, pichets, services à thé, marmites S à L …
  • Animaux
  • Barattes, ruches et enfumoires, pots de tailles assorties, lampes à huile.

Plusieurs potières, les filles qui aident leur mère sur le territoire des M’Tioua accroché à flanc  de colline. Peu ou pas d’échange avec les Beni Oulid, leur voisines d’en face. Une production extrêmement différente d’un côté à l’autre de l’oued Wargha…

De nombreuses femmes travaillent, autant de décors que de sensibilités avec les points en commun, marque de la tribu…

Les gros points noirs qui soulignent avec élégance les panses généreuses des jarres et barattes, les  petits points et l’engobe qui recouvre la totalité des pièces.

Lignes et chevrons forment des compositions géométriques symétriques généralement bicolores. Elles ornent plus ou moins richement la surface des pièces grandes ou petites.     en 2017                                                               

Classicisme et finesse chez Aïcha qui enseigna aux autres.

Couleurs éclatantes et perfection des formes avec Radhia.

Rusticité et formes généreuses pour Fatma.

Tradition et modernité mêlées avec Naïma, jeune femme qui innove dans les formes et conjugue différemment les motifs de sa tribu.

L’année 2017 a vu la mort de nombreuses potières de cette tribu. Nous les regrettons beaucoup. Cependant la relève est là et Houda la plus jeune de toutes a un travail soigné. Sa production s’améliore d’années en années, la technique est belle, les formes variées et les décors libres. Face à la qualité de son travail une revendeuse venue de Marrakech lui demande de fabriquer des pièces pour touristes, des théières Alladin ou encore de reproduire des poteries traditionnelles d’autres tribus, sans même lui en expliquer l’origine.  Quand à nous, qui lui avons donné l’envie d’apprendre ce travail lorsque plus jeune, elle nous voyait charger la production de Naïma nous lui disons seulement de nous faire de belles pièces en laissant libre cours à son imagination.

 

 

Les poteries M’Tioua dans la boutique !

 

2 commentaires

  1. bouchta
  2. mejmar