Savoir lire, c’est pouvoir voyager…

… ou la petite histoire d’Assia attendue sur le festival de Cozes. 

Détroit de Gibraltar et douar de Assia

En relation avec l’association Plein Sud de Cozes nous avions invité Assia, potière Beni Saïd pour des manifestations autour de son travail… Plein Sud l’avait programmée dans le cadre de son festival du 9 au 14 mai 2017, avait acheté son billet d’avion et prévu une petite maison pour un hébergement confortable durant la manifestation. L’association nous avait transmis invitations officielles et certificat d’hébergement … de notre côté nous avions mis en place l’assurance, envoyé lettre d’invitation et d’hébergement, envoyé l’argent pour la demande de visa, contacté et obtenu les divers rendez vous au consulat de Tanger… tout allait bien dans le meilleur des mondes possible.

Nous avons envoyé le dossier via chronopost pour être certains que tout ceci arriverait à temps… nous l’attendions tous avec impatience.

Assia, potière du Rif de la tribu des Beni SaïdAssia dû d’abord convaincre son frère de la laisser partir, sa mère la gentille Oum Kaltoum la soutenait dans son projet de voyage. Younès donna son accord et l’accompagna au consulat pour son rendez vous comme pour le retrait du visa. Très heureuse de venir en France elle en parlait à tout le monde et nous avait acheté des cadeaux.

Des femmes de son entourage, un peu jalouses, ne manquaient de l’inquiéter sur son voyage en avion, le changement nécessaire… mais Assia fière de quitter son douar souriait de plaisir. Elle souriait encore la veille de son départ, chez Asmae l’admirable personne qui l’hébergea à Tetouan pour l’accompagner le lendemain matin à l’aéroport de Tanger.

Mais au matin du départ, visa en poche et valises bouclées, Assia se leva à 4h30, fit sa prière, et se mit à pleurer… « J’ai peur de perdre Elisabeth mais j’ai peur de me perdre dans l’aéroport » me rapporta Asmae lorsqu’elle m’annonça l’annulation du voyage d’Assia. 

Elle ne vint donc pas… grosse déception de part et d’autre… il y aura d’autres rencontres mais tout ceci nous conforte dans l’idée que savoir lire est déjà un pas vers la liberté.

Mejmar du Rif collecte toujours des fonds pour la mise en place de cession d’alphabétisation à l’attention des potières avec qui nous travaillons. N’hésitez pas à adhérer à notre association ou à faire un don. Merci pour elles.

 

 

Leave a Reply